31 décembre 2010

Bilan?

Dernière journée de l'année. Il paraît que c'est l'heure des bilans. De regarder derrière ce qui s'est passé et de se demander ce qui se passera devant.

J'ai passé la plus grande partie de 2010 en congé de maternité. Et les trois mois qui ont précédé ce congé ont été consacrés à le préparer - financièrement et physiquement. J'ai donc eu une année "bébé" - bébé adorable bien sûr (c'est le mien après tout...), la PtiteMiss gagnant haut la main le trophée de bébé zen de la décennie, rien de moins. D'ailleurs, si son surnom sur ce blog n'avait pas été trouvé avant sa venue, elle se serait appelée BébéDoux.

Un congé de maternité, dans mon cas, c'est beaucoup de temps disponible en petits morceaux, beaucoup de tâches ménagères, beaucoup de couches et une grosse envie de faire autre chose, de me servir de mon cerveau autrement qu'en planifiant l'épicerie ou les rendez-vous chez le dentiste. Je me suis donc lancée dans cette histoire de 55 choses en 505 jours.

Je n'avais jamais fait ce genre de listes et ce que j'y ai mis est parfois irréaliste. Après 6 mois, je peux déjà dire que certaines choses ne se feront pas. Et que je ne m'en suis pas tenue à ces seuls projets. Je ne ferai pas de bilan détaillé, mais deux conclusions s'imposent. Quand ça ne dépend que de moi, ça va mieux. Et il est plus difficile de prendre des habitudes que de réaliser des projets concrets. Rien de nouveau sous le soleil, mais comme ma liste est composée essentiellement d'habitudes, ce n'est pas gagné.

2010 a été un année tranquille, une année de continuité et de transition. 2011 s'annonce plus active. Je retourne au travail en janvier, dans un vrai boulot de grande personne (entendre ici avec des avantages sociaux, un salaire qui tombe régulièrement et un contrat de 5 ans). Un emploi où tout est à faire, beaucoup de latitude pour développer et improviser - pour se casser la margoulette aussi, mais j'ai confiance. Un certain stress en perspective, surtout pour la logistique avec deux enfants qui ne vont pas dans la même garderie. Mais surtout un travail intéressant et motivant - ça va faire du bien.

En 2011, il y aura aussi un déménagement, le retour aux études de mon Chéri, l'entrée à l'école de la Mamoizelle et la transformation de la PtiteMiss de bébé à 'toddler'. Ça va bouger!

29 décembre 2010

Avec les moyens du bord

La Mamoizelle qui joue avec des pouliches et des animaux en plastique, avec beaucoup d'emphase :

- Attention, voici le Terrible Phoque des Ténèbres!

On a les méchants qu'on peut.

27 décembre 2010

Se chercher

À la maison, mes choses sont toujours plus ou moins à la même place. Mes clés dans les poches de mon manteau, mon téléphone au chargeur ou sur mon bureau, mon porte-feuille dans mon sac. Je me cherche parfois, mais c'est finalement assez minimal. Les suces de la PtiteMiss, par contre, sont toujours égarées. Toutes les 6 - un sujet de frustration sans fin.

Par contre, une semaine à la maison de campagne de mon cousin et c'est la pagaille. Je ne retrouve plus rien, je finis toujours par perdre quelque chose. Ça me prend 2 jours le retrouver. Je ne sais pas refaire mon trajet pour retrouver mes avoirs.

L'être humain est un être d'habitude. Les êtres humains distraits se doivent de l'être encore plus...

23 décembre 2010

Mes supers pouvoirs

J'ai pensé que c'était une blague, je me rends compte que la Mamoizelle y croit dur comme fer. Mesdames et Messieurs, j'ai des supers pouvoirs!

J'ai le super pouvoir de faire 'voler' le panier d'épicerie. La Mamoizelle montant encore dans les immenses paniers de notre épicerie, elle ne voit pas mes pieds. Et elle m'a cru quand j'ai répondu "non" lorsqu'elle m'a demandé si je poussais avec mes pieds - elle ne reconnait pas encore le ton "pince-sans-rire". Depuis, elle me demande à chaque semaine d'utiliser mon super pouvoir. Mais il y a une condition à respecter, parce que c'est un secret. Il ne doit y avoir personne (ou presque) dans l'allée.

Depuis hier soir, j'ai aussi le super pouvoir de savoir à qui est chacun des cadeaux sous l'arbre. Je n'écris pas les noms, et comme c'est le père Noël qui les a apportés, que je sache lequel est à qui est donc forcément un super pouvoir. Mon Chéri et Mamaman devraient pouvoir partager ce super pouvoir-là le jour de Noël.

Je n'ai pas fait exprès. Je vais essayer de ne pas en abuser, mais cette capacité d'émerveillement me fascine. Elle est tellement contente que nous soyons tout-puissants. Ça ne va pas durer.

Le prochain super pouvoir sera à son papa je crois. Celui de la lever et de lui faire toucher le plafond d'un seul bras est un bon candidat. Après tout, à 19 kg (au-dessus de 40 lbs), même moi, je trouve que c'est un super pouvoir.

22 décembre 2010

Des notes aux messages

Nous avons passé une semaine à la maison de campagne de cousin L. Une semaine de pause totale. Je pense même que mon Chéri en a profité pour hiberner en douce. Pas d'ordi, pas de réseau, alors bien sûr, j'avais des dizaines d'idées de messages pour ce blog. Je les ai pris en note, je vais finir par les transformer en véritable texte, éventuellement.

La Mamoizelle est une source infinie de citations de tout acabit depuis quelques temps - que ce soit des difficultés de la langue française, des adaptations d'histoires entendues ailleurs ou des interprétations très personnelles de la réalité. Attendez-vous donc à quelques extraits de nos dialogues quotidiens dans les jours à venir.

14 décembre 2010

Transfert

Au début, c'est plus simple de dormir avec le bébé dans le même lit. Puis vient le moment où le couffin est plus pratique. Vient ensuite le moment où l'enfant devrait changer de chambre, parce qu'on croit qu'en fait l'enfant dormirait mieux s'il n'y avait pas des gens qui viennent se coucher dans sa chambre vers onze heures - minuit. De plus, l'enfant commence à déborder du couffin. Ça n'a pas l'air particulièrement confortable et ça doit contribuer aux réveils nocturnes.

Mais il y a un os. Il n'y a qu'une chambre d'enfant dans cette maison. Ça me convient et à long terme c'est exactement ce que je veux pour mes filles - jusqu'à ce qu'elles expriment un plus grand besoin d'intimité.

Mais là maintenant, les filles ne se couchent pas à la même heure. La Mamoizelle a l'excellente habitude de jouer 15-20 minutes toute seule dans sa chambre avant de dormir, et elle y tient, nous aussi. Et puis la PtiteMiss a de forte chances de réveiller la Mamoizelle durant la nuit.

C'est quoi la procédure? On fait ça comment?

10 décembre 2010

Qui aide qui?

Une brève histoire de la solidarité internationale au Québec
Par Pierre Beaudet

Première constatation, le véritable titre est le sous-titre. Le livre ne répond absolument pas à la question de Qui aide qui?

Il donne une excellente image de ce qu'a été la coopération au Québec, depuis l'arrivée des robes noires - les missionnaires de la colonisation - jusqu'à la situation actuelle, en passant par les congrégations missionnaires (d'ici vers l'ailleurs), la création de l'ACDI (Agence canadienne de développement international, le grand financier de la coopération canadienne), son évolution au fil des visions de ses directeurs, la place du Québec dans l'aide publique au développement et le contexte international dans lequel tout cela s'inscrit, sans oublier le rôle des ONGs qui participent à cette dynamique. C'est une excellente leçon d'histoire qui devrait intéresser tous les gens qui s'intéressent de près ou de loin à l'aide au développement. Il explique aussi très clairement certaines des philosophies qui ont traversé le système de coopération depuis les années 70. C'est une lecture assez fluide.

L'auteur semble avoir travaillé surtout en Amérique latine et en Asie et paraît moins familier avec l'Afrique, ce qui ne change en rien la pertinence de son exercice.

Par contre, en dehors de quelques pistes sur deux pages de conclusion, il n'y a pas de questionnement sur le rôle actuel de la coopération internationale, sur l'échec apparent de la démarche, sur de nouvelles façon de faire. Il n'y a pas de piste de réflexion sur comment mieux distribuer la richesse entre le nord et le sud. Et pas une fois il n'est fait mention de la corruption - sous toutes ses formes, de la "perdiemite" aux fausses factures - principal obstacle selon moi au développement, aidé ou non.

C'est sûr que c'est une plaquette - pas 200 pages - et que tout cela ne peut pas être couvert en si peu. Il répond très bien à l'objectif "histoire de la coopération au Québec". Mais son titre me laissait espérer plus de réponses aux questions que je me pose depuis mon retour du Niger il y a maintenant 2 ans.

Ma conclusion? Un très bon livre d'histoire avec un titre qui m'a "enduit d'erreur".

07 décembre 2010

Blanc



Il neige. Ce matin, c'était moins compliqué de marcher près de deux kilomètres pour aller reconduire la Mamoizelle à la garderie que de prendre la voiture. J'ai pelleté plutôt que d'aller nager. Pourtant, hors de question que je déplace la voiture avant d'y être obligée par le déneigement. Une place de stationnement, aujourd'hui, ça vaut cher!

Je découvre les joies d'une voiture en ville en hiver. Pas très vendeurs comme arguments. Mais tous les jours où il n'y a pas de tempête de neige, quand même, une voiture, ça nous simplifie la vie.

05 décembre 2010

Entendu aux nouvelles

... les personnes enceintes, particulièrement les femmes...

On se serait cru à Niamey. Mais comme ça venait d'un intervenant plutôt que du reporter, je crois surtout qu'ils ont eu un bon fou rire dans la salle de montage.

02 décembre 2010

Encore un projet

L'an prochain, j'aimerais bien que les filles aient chacune un calendrier de l'avant dans lequel on pourrait mettre nous-mêmes les chocolats. Dans un monde idéal, ce serait même moi qui l'aurais fait de mes (pas si) blanches mains. Mais il y a beaucoup d'obstacles sur ma route dans la réalisation de ce énième projet. Le manque de temps qui surviendra sûrement avec mon retour au travail n'étant même pas le principal.

Mais bon, il reste un an pour trouver une solution à cet "épineux" problème.

30 novembre 2010

Les loups

- Maman, ya des loups dans ma chambre!
- Des loups? Donne-leur de la viande, ils vont se calmer et tu vas pouvoir jouer avec eux.
- Non maman, c'est pour le vrai!
- Quoi?

Avec l'absence de contrôle du chauffage qui caractérise cet appartement, il fait très chaud dans la chambre des filles ces jours-ci. Alors la fenêtre est ouverte en chicane. Le vent sifflait entre les vitres et le son était assez impressionnant. La fenêtre est fermée, les loups sont partis et la Mamoizelle dort sans sa couverte.

22 novembre 2010

Univers

J'aime ça quand je tombe sur un auteur qui m'avale dans son univers. J'aime encore plus ça quand cet univers est grand, composé de nombreux tomes avec les mêmes personnages. Ce qui est encore mieux, c'est quand j'ai le temps de me laisser emporter loin de chez moi.

Souvent, ce sont les auteurs de science fiction qui ont cette faculté. Ou, plus fréquemment encore, les univers de la Fantasy - où tout est permis, où l'auteur n'a pas à respecter le réalisme de l'environnement où se déroule la saga (ce sont toujours des sagas). Ce n'est pas toujours de la grande littérature, mais c'est tellement agréable.

Mais je crois que c'est encore mieux quand on n'a pas besoin de laisser son sens critique sous l'oreiller, quand l'auteur nous met au défi de le suivre et nous apprend des petits bouts de l'histoire du monde en passant.

Fandorine est de retour sur ma table de nuit, merci Monsieur Akounine.

17 novembre 2010

Internet et efficacité

Dans mon défi 55/505, je voulais diminuer le temps que je passe sur internet en coupant dans 2 choses : un certain média social et mon 'reader' ou agrégateur de fils rss. Pour ceux et celles pour qui cette dernière chose est du chinois, disons que c'est un site internet où tous les messages des blogs que je lis sont réunis dès leur parution. Ce qui me permet de ne pas faire le tour des blogs que je lis, mais de ne lire que ceux qui sont mis à jour - régulièrement ou non.

Où en suis-je donc avec cette résolution? Pas si mal, pas si mal. Je passe toujours beaucoup de temps sur le net, mais beaucoup moins. Moins de face de bouc - en le rendant plus difficile d'accès sur mon fureteur, je n'y vais plus par réflexe.

Et puis, j'ai effectivement diminué le nombre de blogs sur mon reader. J'ai éliminé les blogs qui me faisaient fâcher, ceux où l'on se plaignait trop, les publications trop nombreuses et non pertinentes, ceux que je ne lisais jamais vraiment. J'en ai rajouté quelques uns aussi, croisés au hasard, on ne se refait pas. Il me reste donc des blogs que je dirais 'famille' - des mamans et quelques papas qui bloguent allègrement - mais c'est clairement la catégorie où j'ai le plus élagué. Il y aussi des blogs publiés par des gens que je connais, ceux-là ne sont en général pas très actifs de toute façon. La grande majorité des blogs que je suis sont des blogs bd (surtout francophone) et des blogs de design (surtout anglophone). Il y a quelques blogs qui n'entrent pas dans ces trois catégories - des blogs personnels ou d'opinion. Généralement tenus par des femmes tiens. Je ne l'avais pas remarqué avant de vous en parler.

Par contre, je m'assume, lire des blogs pour moi, c'est comme lire des magazines dont j'aurais choisi le contenu. Donc je vais continuer à le faire avec plaisir.

Mais ma plus grande coupure de temps internet, c'est la fin de mon projet photo. Je ne vais plus sur Flickr aussi souvent, et quand j'y vais, j'y vais vraiment moins longtemps. Ce qui me laisse plus de temps pour lire et tricoter -souvent les deux en même temps. Par contre, je ne me suis toujours pas attelée à ce projet qui procrastine...

14 novembre 2010

Bonjour Père Noël,

S'il vous-plaît Père-Noël, je voudrais une voiture électrique, des nouveaux crayons de feutre et des films pour mon appareil photo s'il-vous-plaît Père Noël.

Pour ma petite soeur, je veux lui donner des blocs en toutou s'il-vous plaît Père-Noël. On a été gentilles toutes les deux. J'aime beaucoup le Père Noël, moi.

Merci.

la Mamoizelle (écrit de sa main), presque 5 ans.

13 novembre 2010

Il y a eu les chaussettes des filles- une paire de bleues chacune et des oranges qui ne quittent plus les pieds de la Mamoizelle. Elle dort avec ce soir.

Puis il y a les mitaines de mon chéri. C'est plus compliqué les mitaines quand même. Mais elles sont belles!! Avec le vert, j'ai aussi fait des tites mitaines pas de pouces pour la PtiteMiss. Ça m'a pris 20 minutes. Disons que l'ampleur de la tâche n'était pas la même...

En ce moment, je tricote pour moi. On verra ce que ça va donner. Je suis plus ou moins satisfaite pour le moment, mais j'ai confiance.

Je vais devoir trouver un projet pour les restes de laine aussi.

10 novembre 2010

Les ptits trous

Les enfants, ça a tendance à faire des trous. Dans le sable, dans les patates pilées, mais aussi dans les vêtements. Sur les genoux, surtout. Il y a aussi tous ces petits bobos de poupées qui nécessitent une intervention chirurgicale de toute urgence.

Dans ma liste de résolutions, je voulais faire ces reprises et interventions chirurgicales moi-même. J'ai longtemps eu l'habitude d'amener ces choses-là à mamaman. Elle le fait pas mal plus vite que moi. Mais je sais le faire, alors je voulais arrêter d'accumuler les petits travaux et les faire au fur et à mesure. Ce que ma foi, j'ai très bien réussi. L'objectif 50 de mon 55/505 est donc accompli.

Je vous laisse, j'aimerais recoudre la tête de cette poupée avant la fin de la sieste fiévreuse de la Mamoizelle.

09 novembre 2010

Code vestimentaire

Des shorts avec des collants.
Une robe avec des jeans.
Une jupe noire avec un chandail vert lime et des collants rose bonbon.
Une robe d'été sur un chandail à manches longues, sous un polar, avec des pantalons en velours cordé.
Un imperméable sur une veste sans manches, sur un chandail chaud, sur une robe, sur un t-shirt. Avec des jeans.

Ma fille a un style vestimentaire bien à elle - parfois suggéré par sa mère, entre autres pour avoir le droit de mettre des robes en hiver ou des collants quand il ne reste plus de jupes. Parfois modulé par la même mère, quand ça fait trop mal aux yeux.

Mais en général, elle s'en sort très bien. Sur moi, ce serait horrible, clownesque, disparate. Sur elle, ça tombe parfaitement et ça lui donne une classe imparable.

06 novembre 2010

La science au service des parents

par Margot Sunderland

Ou plutôt - "Certaines notions scientifiques surexploitées pour appuyer une vision de l'éducation des enfants."

Avertissement: Si vous avez la moindre tendance à la culpabilité lorsque cela concerne l'éducation de vos enfants, tenez-vous éloignés de ce bouquin, fuyez-le comme la peste. Oubliez son existence, sauf pour vous rappeler de ne pas le lire.

Certaines notions de ce livre peuvent être utiles. La principale étant de se rappeler que le système nerveux - donc le cerveau, mais aussi les capacités motrices - sont immatures chez l'enfant et que cela explique leurs réactions excessives et leurs difficultés de compréhension et d'apprentissage. Il faut en tenir compte. La deuxième serait de s'occuper de ses enfants en les aimant et en leur donnant un cadre de vie sain - pas seulement un environnement physique adéquat, mais un environnement émotionnel aussi.

En fait, tout le livre se résume à ce paragraphe (rien de bien révolutionnaire, donc). L'auteure enrobe ensuite ces notions de 288 pages de petits commentaires pernicieux sur les responsabilités des parents dans l'échec que la vie de leurs enfants sera s'ils ne suivent pas exactement les préceptes éducatif auxquels elle adhère.

À ceux - mais surtout celles j'imagine - qui le liront, sachez qu'il y a bien plus que 3 hormones et 4 neurotransmetteurs dans le cerveau et qu'on peut très bien éduquer son enfant sans savoir ce qu'est le nerf vague. Dites-vous aussi que si vous avez perdu patience cette semaine, pour une raison ou une autre, non, votre enfant n'en sera pas marqué pour le reste de ses jours.

Si vous voulez vraiment avoir une idée de ce que la science sait sur les enfants et sur leur développement, référez-vous plutôt au numéro spécial du Québec Science d'août et septembre 2010. Des résultats récents, expliqués clairement, sans biais idéologique. Ça fait du bien.




______
Je ne compte pas ce livre parmi les 10 livres de 'non-fiction' de mon 55/505. Il n'en vaut pas la peine.

05 novembre 2010

Abandon

Voici la dernière photo de mon deuxième projet 365. Et ce n'est pas la trois cent soixante-cinquième. Il s'agirait plutôt du numéro 130. Mais c'est la fin de ce projet. Je n'y mettais pas l'énergie nécessaire, je ne faisais pas d'effort pour aller plus loin, je n'en retirais que peu ou pas de satisfaction.

Ma vie avait - a encore - besoin d'élagage. Alors j'ai élagué le projet 365 photos en 365 jours. Ce qui est complètement différent d'élaguer la photo. Je ne pourrai jamais abandonner complètement la photo, j'ai l'œil qui photographie mon environnement même quand j'ai oublié la carte mémoire de ma caméra dans mon ordinateur (je n'oublie jamais la caméra elle-même). C'est une vision du monde qui fait intrinsèquement partie de moi. La différence, c'est que je ferai de la photo pour le plaisir de le faire, pas à cause d'une contrainte que je m'impose.

Je me suis déjà prouvé - à moi et au monde - que je peux faire une photo par jour pendant un an. Je croyais que je le ferais différemment, que je le ferais mieux, que ce serait plus facile en repartant pour un second tour. Mais non, pas du tout.

Il y a une chose que je conserve de ce 365 par contre. Un aspect de celui-ci qui m'a effectivement appris quelque chose. Je m'étais imposé une règle sur le recadrage des photos - pas de recadrage, ou alors un recadrage carré. Cette règle m'a obligé à mieux composer mes photos. Je crois que le retour à cette règle m'a permis de devenir une meilleure photographe. Plus consciente de ce que je fais. Je dis retour, parce que j'ai commencé la photo avec les pellicules, et que cette règle était alors forcée, en l'absence d'accès régulier à un labo.

Cette règle me reste. Elle me force à mieux regarder. Et elle a comme conséquence directe que je prends moins de photos du même sujet pour en obtenir une qui vaille la peine. Mais au lieu de me prendre un an pour atteindre un résultat concret dans ma photographie, cela m'a pris 130 jours. Je crois que même si j'abandonne ce deuxième 365, je l'ai réussi en partie - j'ai appris. Reste à me trouver une style propre - si jamais j'en développe un. Mais je crois que je peux le faire sans contrainte quotidienne.

____________
Le projet 365 faisait partie de mes 55/505. Un aspect - le douzième - que je n'aurai pas complété à la fin du décompte. Mais les listes sont aussi faites pour être révisées.

30 octobre 2010

Where the wild things are

Réalisé par Spike Jonze.

Je sais, je sais, je suis un an (presque jour pour jour) en retard en ce qui concerne la sortie de ce film. Mais c'est hier qu'il est apparu dans mon salon. Et que je l'ai écouté avec la Mamoizelle.

Je ne suis pas une bonne critique de film. J'ai des coups de foudre. Where the wild things are est un des plus grand coup de foudre des dernières années. Pour la photo, pour la musique, pour le jeu de Max. Mais surtout, surtout, pour cette histoire qui nous plonge à plein pieds dans l'enfance. Dans ses contradictions, ses émotions fortes, déchirantes, les jeux qui tournent mal, les amitiés qui se déchirent et se raccommodent à la vitesse de l'éclair, le besoin de hurler, de rire, de pleurer et celui de se faire consoler, de se sentir important.

Les monstres peuvent tous être vus comme une partie de Max, ou de nos enfants, ou de nous-mêmes. Un film pour enfants qui est tout à fait pour les enfants, mais complètement pour les adultes. Un film qui m'a permis aussi de discuter colère et caprice avec la Mamoizelle - sujet qui reviendra et où Max aura toujours sa part dans la discussion, je crois.

Deux dernières petites notes: j'ai rarement vu une caméra à l'épaule aussi justifiée que dans les premières scènes. Après, je ne sais plus si la caméra se fixe ou non, je ne l'ai plus remarquée. Je sais que la traduction du titre du film vient de la traduction du titre du livre, mais Max et les Maximonstres - même si ça parle aussi de l'histoire - ça n'a pas la moitié de la poésie que transmet "Where the wild things are".

21 octobre 2010

Prisonnières

Est-ce que ça vous arrive d'avoir l'impression que les idées sont prisonnières dans votre tête? Moi ça m'arrive régulièrement.

Cette impression d'avoir quelque chose à faire, quelque chose à dire, mais de ne pas arriver à le faire. Ni même savoir exactement ce qui se passe, quelles idées cherchent à sortir. Ça m'arrive souvent quand les défis que je relève au quotidien sont trop routiniers, pas assez demandant.

C'est ce genre de crise d'idées qui a été à l'origine de ce blog. Mon projet 365 est la conséquence directe d'une autre période d'inactivité. Je crois que ma folie de cuisine - confitures, ketchups, pestos, compommes - en est une autre. Je me suis aussi mise au tricot. Les 55 choses en 505 jours en découlent sûrement.

Je suis comme un lion en cage ces jours-ci. J'ai une idée de projet. Mais dès que je m'assoie devant mon ordinateur pour m'y mettre, je manque de discipline. Peut-être parce que ce projet me place devant plus de risques d'échec que de chances de succès. C'est toujours ma principale raison de procrastiner. Souvent je passe au travers parce que quelqu'un, quelque part, me met de la pression. Mais là, je ne vois pas qui pourrait le faire. Je vais devoir essayer de m'en mettre moi-même. Ça ne va pas être facile.

Souhaitez moi bonne chance.

20 octobre 2010

Juste deux

Cette semaine, j'ai vraiment eu du mal à n'en choisir que deux. Ce qui est plutôt rare. Allez faire un tour sur flickr pour comprendre pourquoi.

15 octobre 2010

Payer l'eau

Au Niger, c'est facile d'économiser l'eau. Non seulement tout l'environnement nous rappelle à quel point c'est une ressource rare, mais les factures d'eau peuvent être surprenantes pour qui ne fait pas attention. On prend rapidement des habitudes d'économie et de rationalisation dans l'utilisation de l'eau.

Au Québec, c'est plus difficile. L'eau est partout, tout le temps. Gratuite. J'ai rapidement perdu une partie de mes habitudes nigériennes. On comprend facilement pourquoi le modèle nord-américain d'eau gratuite s'est développé - l'abondance. Mais comme de nombreux modèles et paradigmes ces temps-ci, la gratuité de l'eau est arrivé à bout de course. Contrairement à bien d'autres idées de fond de notre société, celle-ci est facile à changer. La solution est déjà utilisée partout ailleurs sur la planète. Il faut payer l'eau en fonction de la consommation. Ce qui implique des compteurs d'eau et des factures. Une organisation nationale de supervision et de facturation aussi j'imagine.

L'idée ne peut pas être populaire, mais elle doit se mettre en place. Parce que pour l'eau comme pour bien d'autres choses, nous fonçons directement dans un mur.


_____
Ceci est un texte écrit à l'occasion du Blog Action Day, auquel je participe depuis quelques années. Le texte d'aujourd'hui n'est pas aussi détaillé que je l'aurais voulu. Toutes mes idées ne sont pas sur papier (pixel?). Mais allez savoir pourquoi, c'est ce soir que la PtiteMiss est la plus difficile de toute sa courte vie. Quatre bras suffisent à peine.

Une idée que je voulais intégrer: ici, économiser l'eau, c'est aussi économiser l'électricité. À méditer.


14 octobre 2010

La semaine dernière

Deux photos cette semaine, une fois de plus. La première parce que prendre une photo d'une souris "sauvage" de si proche, c'est quand même exceptionnel.


Et la seconde, pour la lumière.

11 octobre 2010

une semaine à la fois



Je suis - une fois de plus - deux semaines en retard pour mes photos de la semaine. Mais comme elles ne sont pas encore toutes sur Flickr, je ne vous mets que celles de la semaine du 27 septembre au 3 octobre. Celle de la semaine qui vient de se terminer seront là demain.

01 octobre 2010

Biscuits aux 'chipites' de chocolat

Voici donc les biscuits réalisés avec amuuuuur par la Mamoizelle et moi cette semaine. Bon, un succès un peu mitigé. Moi je trouve que la pâte est trop lourde, la Mamoizelle trouve qu'ils sont trop gros. Mon Chéri, qui n'a pas la dent sucrée, les a trouvé bien. Mais personne ne s'est roulé par terre.

Par contre, il ont un petit goût qui donne envie d'en manger 'encore juste un'. Un petit fond vraiment agréable. Je me suis inspirée de cette cuisinière pour la recette. J'ai mélangé deux de ses recettes, mais j'ai surtout retenu que pour faire ressortir le goût du chocolat, il faut mettre une petite pincée de fleur de sel sur chaque biscuit avant de les mettre au four. Toute petite la pincée, mais ça fait vraiment la différence. Les pépites de chocolat qui entrent dans la fabrication des meilleurs biscuits aux 'chipites' de chocolat de l'industrie ont aussi aidé, il va s'en dire.

Vais-je refaire des biscuits? Sûrement, parce que c'est plus compliqué que ça en a l'air et que tant que je ne vais pas trouvé le truc pour faire les bons biscuits, ça va me turlupiner. Mais pas cette semaine.



______
Dans la série 55/505, j'ai aussi envoyé des photos à Mamie, mais ça fait déjà quelques semaines.

30 septembre 2010

Paperasse

Dans la série "Domesticité", j'ai finalement fini par classer la paperasse qui s'accumulait dans diverses piles et boîtes et chemises sur mon bureau. Du coup, j'ai réalisé que mon bureau est vraiment grand et, par extension, que la quantité de papiers qui attendaient mon intervention était phénoménale.

Il a eu une pile "jeter", une pile "recycler", une "détruire" et une "classer". La seule qui reste, c'est celle que je dois détruire. Il y a des photocopieuses et des fax un peu partout, à quand les déchiqueteuses dans les pharmacies?

Quand à me tenir à jour, ça devrait aller, j'ai simplifié et clarifié mon classement, ce qui devrait rendre la chose beaucoup moins rébarbative. Je crois que je peux donc dire que j'ai réussi l'objectif 28 de ma liste de 55 choses en 505 jours.

26 septembre 2010

Encore deux semaines en une

Mes photos préférées de la semaine dernière.

Dernière journée chez C.:

Un autre détour par le quartier chinois:

Et cette semaine, une simple visite au parc avec la Mamoizelle:


25 septembre 2010

Rien à dire


Ça vous arrive d'avoir des période où vous avez l'impression de n'avoir rien à dire? Ni par écrit, ni en personne, encore moins en groupe? Les discussions les plus complètes que j'aie en ce moment sont avec la Mamoizelle - et je ne fais que répondre à ses questions. Ces jours-ci, j'ai l'impression que mes pieds ont plus de conversation que moi.

Je reviendrai avec des photos demain, mais ne vous attendez pas à de grands discours.

14 septembre 2010

Deux semaines de retard

Deux semaines de retard pour mes billets photos de la semaine.Voici donc les photos qui auraient dû paraître le 5 septembre. Le thème de la semaine était alors les différentes définitions que l'on donne à la lumière. J'en mettrais bien trois, mais je me limite à deux.



La semaine suivante n'avait pas de thème, mais j'ai bien aimé celles-là:


Allez-voir sur Flickr pour plus de détails du comment et du pourquoi de ces photos.

09 septembre 2010

"Arrête de courir, tu vas tomber"

Tous ces commentaires de prudence venant des étrangers: arrêter de courir, ne pas grimper, ne pas manger de "swing gum", ne pas grimper par la glissoire, ralentir avec la trottinette, etc.

Parfois, je ne regarde pas, ça va, ça part d'un bon sentiment.

Mais quand je suis là et que je la regarde, que je ne dis rien, dites-vous que c'est probablement parce que je considère qu'elle est parfaitement capable de faire ce qu'elle est en train de faire sans courir de risques excessifs.

Et puis si elle tombe? Ça change quoi? Un genou écorché, un bobo sur l'orgueil (souvent ce qui fait le plus mal quand on a 4 ans et demi) et surtout un véritable apprentissage. Le sous-texte de ces commentaires, c'est toujours de se méfier, d'avoir peur, de ne pas se faire confiance. Disons que ça ne fait pas partie des valeurs de base que je veux transmettre à mes filles.

Rester attentive, rester concentrée, bien évaluer la situation avant de prendre des risques, connaître les règles de sécurité et les limites. Mais une fois que ces limites sont connues, s'il-te-plaît ma chérie coco, teste tout ce que tu peux tester, pousse sur les limites pour voir si elles sont élastiques, cours, joue, explore, apprends. Vas-y, t'es capable toute seule!

03 septembre 2010

Les tâches ménagères

Dans mon projet 55/505 (on va l'appeler comme ça), il y avait la liste des tâches ménagères, dans le détail. Le but, c'était de mieux distribuer les tâches dans la famille et d'y inclure les tâches de la Mamoizelle.

Un exemple?

Poubelles

Lundi :
- vider les poubelles de la maison (chambres, salle de bain, bureau) si elles sont pleines
- sortir les poubelles de couches et de la cuisine
- vérifier les aliments passés date dans le frigo
- sortir le gros sac avant 11h
Jeudi : même chose, plus sortir le recyclage avant 8h.

C'est quand même assez détaillé. Les poubelles c'en est un facile. Tout ce qui y est écrit se fait - en général. La tâche des poubelles de la maison - chambres, salle de bain, bureau - c'est celle de la Mamoizelle. Les autres sont réparties de façon aléatoire, avec un prédominance pour le recyclage à mon Chéri et le reste à moi.

Certains éléments sont plus problématiques - il y a un décalage entre ce qui devrait être fait et ce qui se passe effectivement. Et contrairement à ce qu'on pourrait penser, non, ce n'est pas une liste uniquement pour l'homme de la maison. C'est pour tout le monde. Il y a plein de choses dans cette liste que je devrais faire, mais que je ne fais pas. Un autre exemple? Je dois admettre que lorsque je me décide à passer l'aspirateur, c'est souvent mon Chéri qui finit par le ranger. Moi je le laisse là en me disant que je n'ai pas vraiment fini, mais lui sait très bien que ça va prendre quelques jours avant que je m'y remettre et que je n'ai qu'à le ranger entre les deux. Ça prend de la place dans un corridor mettons.

Et puis, il y a des choses qui n'y sont pas. Mettre la table (souvent par la Mamoizelle, qui adore), mettre son linge au lavage, ramasser les choses qui traînent, etc. Des choses qui n'entraient pas dans mes catégories et qui sont trop évidentes ou constantes pour être dans une liste. Mais je peux changer d'idée. Mon Chéri peut aussi décider de refaire une partie de la liste. Je n'ai pas le monopole des idées, ni celui de la façon de faire. J'espère juste que ça va nous aider à avoir une maison qui nous plaît.


Ah, pas de photo pour cet élément de la liste 55/505, c'est juste une liste sur un bout de papier après tout.

02 septembre 2010

Le pain blanc

Savez les annonces avec les enfants qui n'aiment pas les pains bruns? Je ne les comprends pas. Tous les enfants de la planète aiment le pain. Bon, je ne leur ai pas demandé de façon individuelle, mais disons que je n'ai jamais rencontré d'enfant qui lève le nez sur un morceau de pain.

Si on ne leur donne jamais de pain blanc, si on ne les habitue pas à cet aliment, pourquoi ils en voudraient? C'est tellement insipide du pain blanc tranché. C'est un peu l'antithèse du pain en fait. Le bon pain - c'est une définition personnelle - c'est un pain qui est à son meilleur grillé, avec juste du beurre. Ou avec du beurre et du miel. Le pain qu'on savoure autant sinon plus que ce qu'on met dessus.

Les seuls moments de ma vie où j'ai mangé avec bonheur du pain blanc tranché, c'est parce que j'avais vraiment très faim et qu'il était savamment écrasé dans le fond d'un sac à dos.

Bref, les annonces de pain blanc avec des bonnes affaires de cachées dedans, je trouve ça presque triste. Comme si on homogénéisait les saveurs pour les enfants avant même qu'ils n'aient eu la possibilité de les découvrir.


_____________
Hum... il y a un pain raisins, noix et miel dans mon frigo qui m'appelle.

29 août 2010

Menial tasks

Ça se traduit par tâches ménagères. Mais il y a quelque chose dans le mot 'menial' qui exprime parfaitement le côté mesquin et répétitif de ces choses. C'était bien évidemment le thème de la semaine.

27 août 2010

Le bébé d'été

La PtiteMiss est née en mars - ce qui lui fait déjà 5 mois cette semaine, mais là n'est pas la question.

Elle a donc développé ses habitudes de sommeil en été - ce qui l'endort, ce qui la dérange, ce qui lui permet de s'endormir seule, ce sans quoi le sommeil est difficile, voir impossible. Dans notre appartement montréalais, et particulièrement dans la chambre des maîtres qui donne sur le solarium, mais pas sur l'extérieur, le ventilateur a été un objet essentiel à la survie durant tout le mois de juillet et une bonne partie du mois d'août. Le ventilateur, c'est le bruit blanc par excellence.

Pour la sieste de 13h (ou dans ces eaux-là), il me suffit souvent d'allaiter l'enfant, de la déposer dans son lit et de partir le venti pour que le sommeil lui vienne pendant une heure ou deux. En plus le venti coupe le bruit de la vie qui continue dans l'appart, c'est parfait, que demander de plus.

Quelqu'un connait a un ventilateur qui fait le bon bruit, mais sans le vent? Parce que même quand on le dirige vers le mur, le courant d'air ainsi créé commence à être un peu frisquet.

23 août 2010

L'identité par l'image

Cette semaine, j'avais choisi les logos comme thème. Mais il semble que je préfère les logos défigurés. Ça fait des photos avec plus de personnalité.

21 août 2010

Fin de journée

- Maman, moi z'ai vraiment envie de te suivre partout.
- Heu.. ok. Ça a le mérite d'être honnête.

20 août 2010

En profiter

Je viens d'entrer dans la phase "J'ai tout le temps faim, je mange tout le temps, mais je maigris quand même" de mon allaitement. Ce qui veut dire que d'ici peu (trop peu), la PtiteMiss va commencer les céréales et autres purées. Alors je profite de la simplicité des prochaines semaines, parce que les purées, c'est quand même beaucoup plus d'organisation qu'un enfant qui ne mange pas ou que celui qui mange tout ce qu'on met dans son assiette.

Quant à profiter de l'aspect perte de poids, il faudrait que je me mette sérieusement aux abdos pour que ça paraisse vraiment.

J'ai faim, je reviens dans 2 minutes!

19 août 2010

Deux semaines

La Mamoizelle a passé deux semaines au camp de jour. Deux semaines de lunchs. Ça m'a donné un bref aperçu de ce que peut être une année scolaire complète. Et j'ai beau trouver que la Mamoizelle a un peu dépassé le stade de la garderie en milieu familial, je suis contente de ne pas me coltiner les lunchs dès cette année.

Pour ce qui est des limites de la garderie, tant que je suis en congé, je vais y remédier en continuant à garder la Mamoizelle avec moi une journée par semaine pour faire des activités. Le milieu familial pour les tout petits, c'est parfait. Par contre, pour la dernière année avant l'école, ça manque un peu de défi, surtout quand on est la plus grande. Mais bon, elle a une place en garderie, c'est déjà ça. Et si tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, le CPE juste à côté de la garderie va avoir une place pour elle exactement au moment où il sera temps pour la PtiteMiss de prendre la place de sa sœur dans le milieu familial...

On ne perd rien à rêver, n'est-ce pas?

15 août 2010

Deux dans un


Le sujet de la semaine était ma liste de 55 choses en 505 jours. Ici, des livres qui ne sont pas des fictions - des livres de recettes pour m'informer de façon plus détaillée sur la fabrication de confitures. Trois livres, mais un seul des 10 sur la liste. J'ai aussi bricolé avec la Mamoizelle, fait du ketchup vert et terminé The Lord of the Rings. Une semaine faste, malgré tout.


_____
Pour ceux que ça intriguerait, la liste est tenue à jour dans le lien à droite.

13 août 2010

Média et écriture

Avant mon blog, quand je voyageais, j'envoyais des courriels collectifs à une liste d'amis et de connaissances. Comme j'ai envie de retravailler les textes et d'en faire éventuellement quelque chose de publiable, j'ai demandé à mon archiviste en chef (ma mère, bien sûr) de m'envoyer les textes que j'avais alors écrits. J'en ai relu une bonne partie hier et ce matin.

Certains de mes messages de blog s'apparentent à ces courriels - les plus longs. Règle générale, les courriels sont plus des récits alors que les messages de blogs sont plus près des anecdotes. Mais les messages de blog sont plus fréquents. Il y a eu, semble-t-il, un compromis à faire entre la fréquence et le détail. Je vais donc avoir beaucoup de boulot à faire pour uniformiser le tout.

11 août 2010

Ketchup vert

Un autre élément de fait! Le numéro 37 de la liste: Faire du ketchup vert. Il est bon et j'espère bien que mon Chéri nous cuisinera des brochettes ce soir pour l'essayer avec de la viande grillée!

____
La photo ce sont les tomates vertes coupées qui ont dégorgé toute la nuit et qui drainent dans un coton à fromage.

10 août 2010

Avec les annexes

Bon pas toutes les annexes, mais les plus intéressantes. J'ai fini le numéro 54 de ma liste: lire The Lord of the Rings - en anglais donc. Je ne vous dirai pas que j'ai été surprise par le dénouement, mais j'ai eu quelques surprises au niveau de la langue. Certaines expressions apparaissent au fil du texte et finissent par se multiplier de façon un peu abusive par endroit. Je les ai remarquées parce qu'elles semblent être du vieil anglais et donc plus frappantes pour la petite francophone que je suis.

Je suis contente de l'avoir fait. Maintenant je vais réécouter les films, question de bien saturer et de ne pas retoucher à 'ma bible', comme dit mon chéri, pour quelques années. Par contre, comme je n'ai pas les ressources de temps que j'avais, je ne pourrai pas faire de marathon cinématographique.

09 août 2010

Lignes



Le thème de la semaine était les lignes. Je me réserve le droit de recommencer ce thème plus tard, c'en est un qui a beaucoup de potentiel et que je n'ai pas exploité à sa pleine mesure dans cette semaine un peu décousue.

06 août 2010

Les mégots dans les pots de fleurs

Je ne sais pas à quoi pensent les gens qui jettent leurs mégots dans les pots de fleurs. Non, ça ne va pas nourrir la plante. Non, ce n'est pas discret. Et non, ce n'est pas mieux que de les jeter par terre.

On imagine que ceux qui se débarrassent ainsi de leurs mégots sont des jeunes, des ados qui ne pensent pas plus loin que le bout de leur nez, qui se foutent de tout, qui le jettent là en passant rapidement. C'est là bien mal juger la jeunesse qui est généralement bien au fait des conséquences écologiques de ses gestes (sauf pour le jeune frimeur qui jetait sa canette par la fenêtre hier, je ne croyais même plus que ça se faisait).

Le petit vieux de ce matin a fait un détour pour aller jeter son mégot dans les pots de fleurs du centre communautaire. À 500 mètres à l'heure, c'était vraiment quelque chose de pensé et de bien mûri. On dit quoi à ce papi-là?

05 août 2010

Les vacances


5 jours en campagne, ça a fait du bien et tout le monde a fait de la photo - la Mamoizelle, son cousin L. et mon Chéri. Et moi, bien sûr. Je certifie que celles-là sont de moi.




______
Je n'ai absolument pas envie d'aller au foot ce soir. Un orage serait le bienvenu!

03 août 2010

Jeanne d'Arc Chabot née Poisson

Pour les enfants de la ville que nous étions, Grand-Mère c’était notre lien avec la campagne. La grande maison accueillante, le dortoir en haut, la cuisine d’été, les odeurs des chaudrons qui mijotent, été comme hiver, le jardin. Cette permission permanente que l’on avait d’aller chercher des légumes dans le jardin et de les manger tout de suite, sans attendre, la plus grande fraîcheur qui soit. Les corvées de petits pois et de conservation de légumes à chaque automne. Les desserts maison, tellement bons, les soupes et les repas trois services. La diététicienne avant l’heure qui nous obligeait à manger des fruits à chaque repas, qui nous envoyait jouer dehors beau temps, mauvais temps. La patience infinie avec les 4 petits-enfants qui envahissaient régulièrement sa maison. Je ne me rappelle pas qu’elle se soit vraiment fâchée après nous, mais on savait à quoi s’en tenir.

Grand-Mère, c’était aussi la couture et le tricot. Les vêtements faits sur mesure, en déclinaison de couleurs pour chacun d’entre nous. Les chaussettes rayées à l’infini, les jouets aussi, comme ces chevaux de laine qui existent encore pour ses arrières petits-enfants.

Grand-Mère, je la vois aussi toujours sur le porche avec Grand-Père, à nous saluer et à nous regarder partir à la fin de nos séjours avec eux. Elle reprenait alors le contrôle de sa maison, mais je crois que cette maison devenait aussi un peu trop grande pour eux car elle était faite pour accueillir et faire grandir les enfants, et c’était grâce à Jeanne.

02 août 2010

Les confitures qui font 'pop'

Le numéro 37 de ma liste était de faire des confitures qui font ‘pop’. Les voilà donc! Elles refroidissent encore sur le comptoir. Le contenu? Comment ça le contenu? Elles font 'pop'!

Non, sans blague. Ce sont des confitures de bleuets. Le pot récupéré après la moutarde sera le premier à être distribué, car le couvercle ne se fermait pas bien, la confiance ne règne pas. Je l'ai mis au frigo en attendant. Dommage parce que je trouve que ces pots sont jolis.



______
La photo de la semaine ce sera pour plus tard. Je ne suis pas encore à jour.

01 août 2010

Cap-Pelé


Nous devions y passer 9 jours, nous y sommes passés en coup de vent. Je ne m'étends pas sur la question, y penser m'épuise et le pourquoi du comment sera sur ce blog avant la fin de la semaine. Les couchers de soleil y sont toujours aussi beaux et la mer toujours aussi chaude.

C'est la photo de la semaine du 19 au 25 juillet. La photo de cette semaine? Demain. Pour le moment, tout est encore sur la carte mémoire de mon appareil.

Yé souis dé rétour

J'ai pris une pause. J'ai pris l'air. J'ai été en "brousse". Je me suis baignée dans le fleuve (pour la première fois je crois). Ça a fait du bien. Nous n'avions pas envie de rentrer, mais au moins nous sommes partis.

Je reviendrai en force. Avec d'abord les messages de mon projet photo ce soir et demain - question de me mettre à jour. Et d'autres que j'ai en banque et qui n'attendent que d'être publiés.

24 juillet 2010

Abonnés absents

Ma santé mentale exige un peu de repos. De retour après la pause (quelques jours). Je me débranche du net et ça va me faire du bien.

18 juillet 2010

Les chaises


La semaine avait bien commencé. J'adore les photos de chaises - drôle de lubie, je sais. Mais un thème plus précis demande plus de recherche et de temps - ce qui m'a manqué cette semaine. La première de la semaine reste ma préférée.

14 juillet 2010

Banque d'idées

J'ai commencé mon deuxième projet 365 en ayant, un peu par hasard, un thème de nourriture. Puis j'ai loué une lentille macro - ce qui m'a permis d'en faire le thème de la semaine. La chaleur de la semaine dernière s'est imposé d'elle-même. Cette semaine, le thème est "Veuillez vous asseoir" - tout ce sur quoi on peut se poser les fesses, avec ou sans occupant.

L'idée est venue par hasard, mais je crois que je vais m'y tenir. Plus ou moins un thème par semaine. Plus si l'occasion s'y prête, moins si l'inspiration s'est tarie avant la septième photo - ou si la vie m'a imposé autre chose.

Je croyais que ce serait plus difficile, mais en fait ça me facilite vraiment la vie. Au lieu de chercher "une bonne photo" pour la journée, je cherche quelque chose qui illustre le thème. Ça limite énormément la recherche et permet de "concentrer son regard" sur les sujets pertinents. Et la photo du jour doit illustrer le thème de la semaine de façon différente des précédentes. Il devient alors possible de prendre une bonne photo à 8h le matin et de savoir que la journée est faite, laisser l'appareil à la maison et penser à autre chose.

Cette semaine, j'ai eu du mal à choisir le thème. On m'a suggéré l'eau, les vélos et les ombres. Puis j'ai pensé aux chaises - je ne sais pas pourquoi, j'aime bien les photos de chaises. Je m'y suis donc embarqué. Vous verrez ce que ça donne dimanche prochain. Ou vous pouvez aller voir tout de suite sur Flickr.

J'ai donc besoin de vos idées: quels thèmes aimeriez-vous voir illustrés pendant une semaine? J'ai besoin d'une cinquantaine de thèmes. Certains m'inspireront, d'autres ne seront peut-être jamais choisi malgré leur intérêt, mais j'aimerais vraiment que vous m'aidiez à avoir une banque de thèmes à consulter le dimanche soir. Merci!

11 juillet 2010

La chaleur

Le défi cette semaine était d'illustrer la chaleur en photo. Ça a été beaucoup plus dur que je ne le croyais. J'avais des idées pour le début de la semaine, mais les derniers jours ont été plus tirés par les cheveux.


Les autres photos - qui ne sont pas si nombreuses - sont au même endroit que d'habitude.

08 juillet 2010

Montréal, l'été.


Il fait chaud, humide, collant. L'air est immobile et circule difficilement dans les appartements. On laisse les portes ouvertes avec l'espoir de faire entrer une brise, ça fait entrer surtout les mouches. Les poubelles puent, les égouts aussi.

Les soirées chaudes transforment les balcons en pièces supplémentaires, les ruelles en salons communautaires. Les pataugeoires ne sont plus assez nombreuses pour contenir toute la population qui s'y déverse. C'est dense au pied carré (ma photo fait vraiment de la fausse représentation, c'était entre autres avant la canicule).

Cette année, la ville a allongé les heures régulières d'ouverture des jeux d'eau. Les soirs de grandes chaleurs, certains restent même ouverts jusqu'à 20h. Une excellente initiative et un agréable contraste avec l'an dernier, où trouver une pataugeoire ouverte après 17h ou encore le dimanche relevait du miracle.

05 juillet 2010

Les mouches et le vinaigre

On dit qu'on n'attrape pas des mouches avec du vinaigre. C'est faux. Il y a certaines mouches à fruits qui s'y laissent prendre - pas les petites drosophiles, les autres plus grosses, celles que j'appelle les mouches à patates.

Nous étions un peu infestés. Entre les plantes, le compost et les portes ouvertes, elles avaient trouvé un endroit de choix pour se loger. Mais un peu de vinaigre de cidre au fond d'un verre surplombé d'un entonnoir de papier bien collé sur les parois nous en a débarrassé en quelques heures.

Une autre merveilleuse utilisation du vinaigre!

04 juillet 2010

Macro

Cette semaine, j'ai loué une lentille macro. Un lentille qui permet de faire de gros plans sur de petits objets. Vraiment très agréable. Sur les appareils "point and shoot", le macro est généralement disponible par défaut. Sur une caméra réflexe, il faut se procurer une lentille spécifique pour en faire. Les lentilles 'ordinaires' ne pouvant pas faire la mise au point sur des objets suffisamment proches pour réaliser de véritables macros, à mon grand malheur. Les lentilles macro les moins chères coûtent autour de 600$. Cela ne fait pas partie de mon budget. Mais j'aime faire de la 'macro-photographie", c'est très inspirant de chercher les détails. Les sujets les plus fréquents sont les fleurs et les insectes. Mais j'ai essayé de faire autre chose.

Il me reste encore deux jours - je n'ai pas choisi ma photo pour aujourd'hui et je ne dois remettre la lentille que demain, je ne vais pas me priver parce qu'on change de semaine. Je vous laisse avec les trois photos que j'ai préférées cette semaine. J'ai dû faire un choix, mais j'aurais pu toutes les mettre. Les autres peuvent être vues ici.


Je n'ai pas encore choisi le thème de la semaine prochaine.

03 juillet 2010

La brunante

Je cours depuis deux semaines maintenant. C'est devenu une habitude, mais une habitude fragile, qui pourrait se perdre aussi rapidement qu'elle s'est prise. Je ne dois donc pas perdre de vue mon objectif.

J'aime bien courir à la brunante. Il ne fait plus chaud et il y a encore de la lumière. La plus petite dort et la plus vieille est en processus de coucher avec son papa. Ça me prend un vingtaine de minutes en tout: réchauffement, course d'une quinzaine de minutes (pour environ 2 km) et retour. Bon, j'espère qu'éventuellement que la section "course" va s'allonger. Mon problème, c'est le souffle, pas du tout les jambes, mais le contraire m'aurait surpris.

La brunante porte souvent le nom d'entre chiens et loups, mais à Montréal, c'est définitivement l'heure des chats. Je dirais que dans mon trajet de ruelles et de petites rues, je croise 3 chats pour chaque personne que je rencontre.

01 juillet 2010

Pacifique

Pacifique surveille une pataugeoire pas loin de la maison. Je sens que nous allons nous revoir cet été. Merci à lui d'avoir accepté de participer à mon projet "100 strangers". Cliquez sur la photo si vous voulez plus de détails.




_________
Depuis le début de mes 505 résolutions, je cours et j'écris mes messages de blog les mêmes jours. Peut-être que courir me clarifie les idées.

29 juin 2010

La saison des u-haul

La saison des migrations domiciliaires est très bien entamée à Montréal et devrait atteindre son pic jeudi avant de disparaître d'ici une semaine ou deux - avec un petit retour au début septembre.

Il y a les déménageurs professionnels - je ne parle pas de ceux qui déménagent à chaque année, mais de ceux qu'on paye pour effectuer les déménagements - et les déménageurs auto-proclamés. Ces derniers incluent généralement des amis, une paye en bière et en pizza et un camion loué. Ça peut même être agréable et ça crée définitivement de meilleurs souvenirs que de payer trois air bête pour bouger des boîtes. Je les comprends les air bête remarquez, ça ne doit pas être facile comme emploi. Et je dis ça, mais je suis souvent tombée sur des déménageurs très sympathiques. Mais, comme je le disais, ça n'a pas le potentiel de bons moments et de souvenirs d'un déménagements "home made".

Par contre, les déménageurs professionnels, eux, savent conduire le gros camion. Les déménageurs auto-proclamés ont plus de mal avec les distances du monstre. Ce qui donne des camions qui conduisent beaucoup trop à gauche et se retrouvent au milieu des rues étroites de la ville en créant des frayeurs aux véhicules qu'ils croisent.

Je suis contente (je ne peux pas exprimer à quel point) de ne pas mettre ma vie en boîte cette année, mais je dois quand même rester vigilante sur les routes!

27 juin 2010

Première semaine

Bien sûr la première semaine n'est pas la plus difficile. La motivation est là et les objectifs sont tout frais. Je suis même enthousiaste et contente de m'être une fois de plus lancée dans l'aventure. Cette semaine, un thème s'est imposé malgré moi, celui de la nourriture.

Ma préférée cette semaine est celle du plant de piments forts (très forts):


Le reste des photos est ici.

23 juin 2010

55 choses en 505 jours

Il faut croire que j’aime les défis chiffrés. L’idée originale est de faire 101 choses en 1001 jours. 101, c’est beaucoup, 1001, c’est trop long. Alors je coupe la poire en deux et je choisis 55 choses en 505 jours – question de conserver la symétrie.

Certains projets seront faciles, d’autres sont plutôt des grands objectifs que j’espère entamer dans ces 505 jours. Ça nous mène à quand 505 jours? Au 10 novembre 2011. Un peu moins d’un an et demi, un hiver, un printemps, deux étés, deux automnes. Je classe les objectifs en question par catégories, mais certains sont plus difficiles à classer que d’autres (faire des biscuits avec la Mamoizelle, ça va dans la cuisine ou dans la smalah?).

Bouger

1. Courir 3 fois par semaine.
2. Courir 5 km dans un événement officiel (je vise le marathon de Montréal en septembre).
3. Courir 10 km dans un événement officiel.
4. Aller au travail en vélo au moins une fois (14 km, quand même).
5. Trouver des partenaires pour aller grimper qui acceptent que je recommence pratiquement à zéro.
6. Faire du yoga (maison) avec les filles une fois par semaine.
7. Faire 15 minutes d’assouplissements ou de redressements assis par jour, idéalement le matin.

Santé

8. Mettre à jour les vaccins de tout un chacun.
9. Prendre soin de ma peau de façon régulière.
10. Me coucher plus tôt (ça, ça va être dur!).
11. Mieux manger le midi (la barre n’est pas haute).

Photos

12. Compléter mon deuxième 365 en faisant des photos qui me plaisent.
13. Envoyer des photos en Afrique au minimum 2 fois par an.
14. Faire une exposition de photos.
15. Afficher plus de photos à la maison.
16. Faire la moitié de mon projet 100 strangers.
17. Faire un blurb book.

Écriture

18. Travailler les textes de mes deux chroniques de voyages.
19. Les faire lire à une tierce personne.
20. En soumettre au moins une à un éditeur.
21. Écrire minimalement 3 messages de blog par semaine.
22. Finir mon scénario de BD.
23. Le faire lire à une tierce personne
24. Trouver une idée pour le deuxième tome, même si je n’ai pas de dessinateur.

Voyage

25. Économiser assez d’argent pour amener toute la Smalah voir Mamie.
26. Faire un voyage au Canada qui ne soit pas logé chez des amis ou de la famille (ne pas aller visiter des gens donc, mais un endroit).

Domesticité

27. Faire une liste détaillée des tâches ménagères afin de mieux les répartir (en incluant la Mamoizelle).
28. Faire la paperasse et me tenir à jour.
29. Minimaliser la maison (l’objectif qui a le plus de chance de ne pas être réalisé).
30. Mettre deux affiches de ma collection sur des murs « baby safe ».
31. Écouter plus de musique à la maison.
32. Me faire plus souvent du thé (juste parce que j’adore, mais n’en fais presque jamais).
33. Garder la maison propre pendant une semaine (semaine où nous y sommes bien sûr, sinon c’est de la triche, va avec le 29, donc…).

Cuisine

34. Prendre l’habitude de planifier mes menus au moins 4 jours par semaine.
35. Faire l’épicerie en fonction du menu et des rabais.
36. Faire du ketchup vert.
37. Faire des confitures qui font ‘pop’.
38. Faire des biscuits avec la Mamoizelle.
39. Faire du pain.

Smalah

40. À partir du moment où la PtiteMiss mangera, prendre une soirée par mois en tête à tête avec mon Chéri, même si c’est juste pour prendre une marche.
41. À partir du moment où la PtiteMiss mangera, prendre un après-midi par mois en tête à tête avec la Mamoizelle.
42. Faire du bricolage ou de la peinture une fois par mois avec la Mamoizelle. 7/13

Efficacité

43. Diminuer le nombre de blogs sur mon reader (et donc le temps passé dessus).
44. Ne pas aller sur FB plus de trois fois par jour.
45. Prévoir la veille le contenu de ma journée suivante, que ce soit pendant mon congé ou au travail.
46. Écouter les nouvelles plutôt que les lire.

Nouveauté

47. Lire 10 livres qui ne soient pas de la fiction. 5/10
48. Penser à me maquiller un peu et à mettre du parfum quand j’ai des réunions de prévues.
49. Avoir les cheveux longs à mon retour au travail.
50. Repriser moi-même les vêtements qui doivent l’être (et ne pas tous les amener à ma mère).
51. Coudre une robe d’été pour chacune des filles (définitivement pour l’été prochain).
52. Finir le renouvellement de ma garde-robe (est-ce jamais fini?).
53. Faire du dessin d’observation.
54. Lire le Seigneur des Anneaux en anglais (la nouveauté est discutable, je connais le texte français par cœur).
55. Me faire faire un massage professionnel.


Bien sûr, tout ne dépend pas que de moi, mais j’ai de l’influence sur chacun de ces items. Bien sûr, je vous tiens au courant. Et je mets la liste sur la colonne de droite, juste en dessous du projet 365, dont le lien a été mis à jour, en passant. Tous les objectifs mentionnant la Mamoizelle seront appliqués à la PtiteMiss dès que possible bien sûr.

21 juin 2010

Elle est dingue!

Sûrement un peu, peut-être même beaucoup. Je me relance dans un projet 365 photos en 365 jours. À suivre.

J'ai fait travailler les enfants du quartier :

Je mettrai le lien de la colonne de droite à jour plus tard cette semaine.

20 juin 2010

Le Cirque du Soleil, ou pourquoi je déteste les verres de contact.

Drôle de combinaison? Oui, mais celle que j'ai dû subir ce soir. Mes lunettes sont chez le docteur des yeux pour ajustement aux nouveaux "paramètres" de ma vision défaillante. Je suis myope et astigmate. Les verres de contact qu'on m'a donnés en attendant mes lunettes chéries ne corrigent que la myopie. Donc déjà, je vois moyen avec des verres de contacts. Je les tolère mal aussi, ça pique, j'ai les yeux secs et rouges.

Alors, quand 15 minutes après le début du spectacle du Cirque du Soleil, tu te grattes les yeux en espérant voir mieux et que la £¢%¬¤¦±"/ de petite pastille de plastique va se loger dans le haut de ton globe oculaire sans espoir de retour à la position initiale, il y a maldonne. Ça n'a pas complètement ruiné ma soirée, mais ça a quand même gâché mon plaisir.

Mais j'ai vraiment apprécié le spectacle et si je ne voyais pas toutes les mimiques des clowns, les expressions faciales des artistes ou les détails des costumes, j'ai tout de même pu être submergée par les prouesses de chacun des numéros, la musique, la mise en scène. Quand je voulais voir les détails, je fermais l'œil droit. Je devais donc choisir entre la troisième dimension et les détails. Il y a par contre un numéro où je dirais que le flou ajoutait du mystère.

Quant à la Mamoizelle, après avoir eu peur et avoir réclamé des bouchons pour les oreilles, elle a a été fascinée par le grandiose du spectacle (pas assez fascinée pour se taire par contre). La PtiteMiss quant à elle a dormi, bu et regardé les lumières les plus décalées possibles de la scène. Les bouchons ne l'ont pas dérangée et elle se mérite une fois de plus le titre de bébé zen de l'année. Mon Chéri en a bien profité lui aussi, mais je ne suis pas là pour parler à sa place.

La dernière fois que j'avais vu le Cirque du Soleil, je devais avoir 14 ans, tout au plus. Et avant cela, mon père m'amenait régulièrement voir ces spectacles. Je dois dire que le merveilleux du cirque n'est plus le même. Comme si la part de rêve n'embarquait plus autant. La faute aux verres de contacts ou à l'âge? Je ne le saurai jamais.

18 juin 2010

Résolution

J'ai les chaussures.
J'ai les chaussettes.
J'ai le 'soutif'.
J'ai même le programme d'entrainement.

Il faudrait maintenant que je sorte courir.

16 juin 2010

Récompense

Un jour, jadis, j'étais avec une amie dans une pharmacie. Une amie qui voyageait autant que moi. La dame de la pharmacie nous a offert une carte qui donnait des points pour un éventuel billet d'avion. On a dit oui, toutes les deux. Mais je suis sûre qu'elle non plus n'a jamais eu de billet d'avion avec cette carte. En fait, je ne connais personne qui ait eu un billet d'avion avec cette combine.

Toujours est-il que les points s'accumulaient tranquillement, à force d'acheter des couches et du shampoing. Alors lundi, j'ai décidé de "dépenser" mes points. J'ai choisi un mélangeur à main. Rien de glamour, on s'entend, mais je me disais qu'avec la période des purées (les %¢¤@/*! purées) qui s'en vient, ça pourrait s'avérer utile. Ils ont dit 4 semaines avant la livraison. Je suis patiente.

Mais ce matin, je reçois un courriel qui m'annonce que le colis devrait arriver aujourd'hui. Bien! J'ai pu tester mon mélangeur avec tous les fruits dans le frigo qui menaçaient de se diriger d'eux-mêmes vers la poubelle. J'ai fait un excellent jus. Je sens que je vais avoir les plus meilleurs popsicles en ville cet été.

Glamour non, mais utile, tout à fait. Et avec une petite impression de gratuité par piquée des vers.

10 juin 2010

Jour de congé

Parce que je suis en congé de maternité, parce que c'est l'été, parce que j'en ai envie, j'ai décidé de garder la Mamoizelle avec moi une journée par semaine. Elle aime bien son "zour de conzé" avec maman, et ne se gêne pas pour en parler avec tous ceux qu'elle rencontrait.

Hier, nous avons passé la journée au centre-ville. Nous avons trotté toute la journée, principalement sur Ste-Catherine. Elle me demandait parfois de ralentir, mais jamais elle ne s'est plainte de trop marcher. À la fin de la journée, même moi, j'avais mal aux pieds. Ce fut fort agréable, pour tout le monde.

La Mamoizelle avait tout à fait conscience du caractère particulier de la journée, de l'entorse à son quotidien. Elle a passé la journée à me demander: "C'est l'heure de quoi maintenant, à la garderie?"

Son horloge à elle, en quelque sorte.

08 juin 2010

Décision

Je vais le faire. Je vais me lancer dans un autre 365 photos en 365 jours. La première version est ici, si vous avez envie de voir l'ensemble de l'année. Je n'ai pas encore décidé quels allaient être les objectifs spécifiques de cette deuxième ronde, mais il me reste encore 13 jours pour en décider. Je vais recommencer le jour de mon anniversaire.

Je vais certainement m'engager à en faire une meilleure revue sur ce blog. Je vous tiens au courant.

02 juin 2010

Ze zoue au foot!

Juste à temps pour la coupe du monde, la Mamoizelle a reçu son uniforme. Elle a presque l'air d'une pub sur ces photos, Miss Kodak.

01 juin 2010

365 bis?

Je me demande sérieusement si je vais recommencer un projet de 365 photos en 365 jours. Les conditions sont complètement différentes : je suis en congé de maternité alors que je commençais nouvel emploi, je suis une maman de bébinette alors que j'étais une femme enceinte, j'ai tout mon temps (enfin, relativement parlant, je le gère à mon goût en tout cas) alors que je courais après mes secondes. La fin du 365 serait plus difficile, avec le retour au travail.

J'ai envie de recommencer à prendre des photos tous les jours. Ces temps-ci, ça ne semble pas trop dur. Je le fais presque. L'avantage du 365 est d'imposer une discipline. J'aime aussi regarder mon 365 et me rappeler de ce que j'ai fait dans la dernière année.

J'ai aussi peur des moments difficiles et pénibles du projet. Et j'aime cette liberté de ne pas prendre de photos. Mais j'en prends beaucoup moins et je ne me force pas à trouver des sujets différents ou des façons de prendre les photos qui soient nouvelles. Je ne fouille pas les aspects techniques de la photographie.

Mais si je recommence un 365, je devrai, je crois, mettre des balises plus claires à mon projet. Je ne sais pas encore lesquelles. Je devrai également faire un effort de confiance en moi, car ces temps-ci j'ai l'impression que tout le monde fait mieux que moi.

Ce billet est aussi décousu que les idées qui me passent par la tête. Avez-vous des suggestions? des objections? des idées de balises réalistes? Je me laisse jusqu'à mon anniversaire pour décider.

31 mai 2010

Un classique


C'est arrivé exactement 3 secondes après que je lui aie dit que je n'en rachèterais pas si ça tombait. Mais je ne suis pas sans cœur, je lui ai façonné une boule à partir de mon cornet de yogourt glacé. Vu la couleur phosphorescente de la première version, ça ne m'a pas trop dérangé que ça finisse sur le macadam. Et vu la couleur de ce qui a fini sur le macadam, ce n'était pas encore la bonne place pour une crème glacée.

30 mai 2010

Va courir

video

Des fois, la Mamoizelle devient insupportable. C'est souvent signe qu'elle n'a pas dépensé suffisamment d'énergie dans sa journée. Ou pas de la bonne façon. C'est arrivé en fin de semaine au Jardin botanique. Je l'ai donc envoyé faire le tour des fontaines.

28 mai 2010

Test et résultat du test

Qu'est-ce que j'ai dû tester comme ça? La caféine. La caféine est une des substances qui passent dans le lait de la maman qui allaite sa bébinette. Certains enfants y réagissent, d'autres pas. Pour pouvoir dormir et faire des siestes plus facilement, j'avais arrêté le café depuis la naissance de la PtiteMiss. Sur le coup, ça ne m'avait pas paru très difficile. Quelques maux de têtes et puis plus rien.

Mais mardi matin, j'ai eu envie d'un café avec mon petit déjeuner. Alors je l'ai fait. Journée fort agréable, malgré la chaleur. Mardi soir, la PtiteMiss était intense - par rapport à sa propre échelle d'intensité, bien sûr.

Hum... bon. On va fait un test. Mercredi et jeudi. Pas de café. La bébinette garde son zen habituel. Mais la maman souffre le martyr, son niveau d'efficacité est retombé à zéro, sa mémoire est repartie voir ailleurs si elle y était et sa mâchoire tente désespérément de se décrocher. Prendre un seul café une seule journée lui a rappelé pourquoi c'est meeeeeerveilleux le café.

Vendredi matin. Café. Et même double café, car je suis allée bambocher avec J. en ville et nous avons commencé avec un café. Journée agréable qui n'a pas été passée à combattre la brume. Vendredi soir: la bébinette garde son zen habituel.

Conclusion de mes tests très très scientifiques : je prends du café si j'en ai envie. La PtiteMiss n'en a rien à cirer. Mes journées sont bien plus agréables et efficaces.

Un pas de plus dans la reprise de possession de ma personne.

27 mai 2010

Comment changer de garde-robe?

Étape 1 - Faire un ménage drastique de la garde-robe existante.
  • La seule condition pour garder des vêtements qui ne nous plaisent qu'à moitié, c'est qu'il faut avoir le temps de faire au moins l'étape 2 avant de vider complètement la garde-robe, question de rester décente. Lorsque les autres étapes sont accomplies, refaire un élagage des tiroirs.
Étape 2 - Faire les friperies, pour les trouvailles et les économies.
  • En profiter pour y amener les sacs de vêtements créés lors de la première étape. Si on a de la chance on peut sauter directement à l'étape 4, sinon:
Étape 3 - Aller dans les magasins beau-bons-pas chers pour les éléments de base n'ayant pas pu être débusqués lors de l'étape 2.

Étape 4 - Aller dans une boutique qu'on adore et se payer un vêtement hors de prix, hors budget, mais qui a la classe absolue et qui nous va comme un gant.
  • En cas de coup de foudre multiple, on peut soit se permettre deux morceaux dans cette catégorie, soit favoriser les coups de foudres en solde.
  • Si le magasin en question est à proximité de la maison, prendre la chance d'attendre les soldes pour mettre le grappin dessus. Cette dernière option comporte certains risques dont nous ne pouvons être tenus responsables.
______
La démarche, après deux ans au Niger et un an de "je vais tomber enceinte de toute façon et ces vêtements ne sont pas si mal" et de "je suis enceinte", s'avérait plus que nécessaire dans mon cas. La moitié de mes vêtements ne me faisait plus ou ne me plaisait plus. L'autre moitié commence à être usée à la corde.

J'en suis à mi-chemin entre l'étape 2 et 3. Il me reste quelques friperies à faire. J'ai pris certains vêtements qui devront être testés avant d'être approuvés définitivement. L'avantage, quand on paye moins de 5$ pour un morceau, c'est qu'on peut le retourner là où on l'a pris s'il n'est finalement pas porté. C'est comme une location de vêtements. Ça permet aussi de tester certains styles pour savoir si l'on y est confortable. Il ne faut par contre pas accumuler les mauvais vêtements, sous peine de se retrouver submergée par les fringues non portées et de redévelopper le syndrome "Je n'ai rien à me mettre sur le dos".

24 mai 2010

Soir d'été

Marcel nous amenait manger une crème glacée après le repas, quand les soirées d'été étaient chaudes et que l'envie lui prenait d'avoir sa gang de filles avec lui pour prendre une pause. Ces soirées font partie des meilleurs souvenirs que j'aie de la fin de mon enfance et de mon adolescence.

Ce soir, avec la Mamoizelle, j'ai essayé de réinstaurer cette tradition. Mon chéri étant encore limité dans ses déplacements, il manquait déjà cet élément essentiel à la perfection. Mais la soirée était chaude et j'avais envie d'aller faire un tour après le souper. J'ai donc mis la plus jeune dans son kangourou et nous sommes parties toutes les trois vers les glaciers italiens du quartier. J'ai découvert avec stupeur qu'ils sont fermés le lundi et qu'ils n'ouvrent pas pour les soirées d'été. Les jeudi et vendredi, oui, mais pas plus. Or les soirées chaudes et les envies de crème glacée ne peuvent pas se limiter à deux jours par semaine. Je vais donc devoir chercher une crèmerie ouverte aux heures essentielles - entre 19h30 et 21h - à distance de marche raisonnable pour une gâterie qui ne finit pas trop tard pour la Mamoizelle. L'enquête est commencée, si vous connaissez de bons coins dans Villeray.

Rassurez-vous quand même, nous ne sommes pas rentrées trop bredouilles, nous nous sommes arrêtées dans un dépanneur acheter des friandises glacées aux vrais fruits et nous sommes rentrées tranquillement en dégustant nos 'possicles'.

Un moment de pur bonheur. Ce sera encore mieux quand mon Chéri pourra venir avec nous.

On va tirer quelque chose au clair

Si vous avez plus de 13 ans et que vous n'accompagnez pas un enfant de moins de 13 ans, les vélos, ça va en bas des trottoirs. La rue est juste là, à côté, et elle vous attend.

Si pour une raison ou pour une autre, vous devez rouler sur le trottoir sur une courte distance, vous n'avez pas la priorité et vous n'avez absolument pas le droit de jeter des regards sombres ou de dire des insanités aux piétons qui s'y trouvent, encore moins si les piétons en question sont des 4-ans-et-demi qui s'amusent et qui courent en respectant les règles de sécurité.

Non mais, ça va faire les niaiseries. Et oui, je suis aussi cycliste.

23 mai 2010

Crème à main, svp.

Entre les changements de couches, les bains, les douches, la cuisine, le ménage, la vaisselle et les lavages de main qui précèdent et suivent tout ça et plus encore, j'ai les mains comme du papier parchemin.

Je n'ai jamais autant utilisée de crème à main de ma vie. Même pas dans le Sahel.

22 mai 2010

Mu'ticolore

La Mamoizelle discute avec son amie A., un soir où je les ai toutes les deux ramassées à la garderie. Les couleurs de la casquette d'A. sont à l'ordre du jour.

A. - Ma casquette est rose avec du zaune.
L.M. - Oui, mais il y aussi de mauve.
A. - Non, c'est pas mauve, c'est zuste rose foncé.
L.M. - Non. Et il y a du oranze aussi.
A. - Moi ze vois pas le oranze.
L.M. - Oui oui. Il est là.

L.M. (pensant clore la discussion) - Elle est mu'ticolore!
A. - Non, elle est deux-colore.

21 mai 2010

Twès twès bizawe

Un logo (avec hyperlien) de l'Office de tourisme de la ville de Québec est apparu dans la barre de défilement de mon blog, tout en bas, à droite.

Je ne l'y ai jamais mis.

Mais le plus étrange, c'est que dans l'architecture du site, je ne trouve pas la ligne html qui le fait apparaître. Donc je n'arrive pas à l'enlever. Je n'ai rien contre la Ville de Québec, mais je n'ai pas non plus envie de ce genre de pub sur mon site, aussi discrète soit-elle.

Dans un même ordre d'idée, j'ai dû éliminer un lien html qui menait ailleurs que là où il devait aller, même si je n'y ai pas touché.

Twès twès bizawe.

20 mai 2010

Printemps montréalais

Je n'écoute pas la télé. Mais les portes et les fenêtres sont ouvertes.

Les rumeurs de la ville me permettent donc de déduire que le Canadien compte beaucoup ce soir, mais que les Flyers n'ont compté qu'une fois (je crois que le voisin devait rêver d'un blanchissage).

Un sport d'hiver pour un soir de printemps qui sent l'été.

17 mai 2010

J'avais oublié...

... que la principale caractéristique d'une maman d'une enfant de 'patencore' deux mois, c'est de ne jamais vraiment finir ce qu'elle entreprend.

Ce que je ne savais pas, c'est que c'est pas mal moins vrai quand même quand on a un conjoint qui peut soit tenir l'enfant pendant qu'on termine ou terminer pendant qu'on tient l'enfant.

14 mai 2010

Chausses

À Paris, en 2008, je m'étais acheté deux paires de chaussures.

Des Campers que je porte encore et qui sont toujours dans un état correct, quand je pense à les cirer un peu. Si jamais j'en voulais une autre paire, il n'y aurait pas de soucis, on retrouve ces modèles un peu partout maintenant. Mais les chances sont minces que je rachète la même chose. J'imagine que la prochaine fois que je voudrai des chaussures de ce type, j'irai voir ce qui se fait dans les magasins. Le choix ne manque pas.

Par contre, j'avais aussi acheté une paire de Birkenstocks avec des fleurs vertes, oranges et roses. Superbes. Elles commencent à avoir du vécu, c'est le moins qu'on puisse dire. Dans la dernières année à Niamey, je les ai mises tous les jours. Niamey n'est pas doux pour les pieds, mais il ne pardonne pas non plus pour les chaussures. À l'été 2009, ici à Montréal, même chose. L'été 2010 semble s'enligner dans la même direction. Cela fera pour cette année, après tout je suis en congé de maternité et elles sont encore en un seul morceau, mais elles ne seront plus présentables en 2011. Et les Birkenstocks sont irremplaçables, surtout pour quelqu'un comme moi qui marche un peu en bateau et qui finit toujours à côté des sandales ordinaires. "Ne vous fiez pas aux imitations", c'est le cas de le dire.

Or il n'y a pas de Birkenstocks de ce style à Montréal. Pas selon le site canadien officiel de la compagnie. Pire, selon ce que j'ai pu comprendre du site allemand (avec un nom pareil on se doutait bien que ça ne venait pas d'Italie), les motifs fleuris - ou à tout le moins pas unis - ne sont pas disponibles cette saison. Argh! Il y a bien un modèle d'un vert sympa, mais ce n'est pas vraiment ce que je veux. Il ne me reste qu'à espérer qu'en 2011, ils auront remis les motifs au goût du jour...

12 mai 2010

Quels talents?

Plus la Mamoizelle grandit, plus je dois faire attention à ne pas projeter mes goûts, mes envies, mes limites et mes forces sur sa petite personne. C'est d'autant plus dur qu'elle me ressemble beaucoup sur plusieurs points - je ne suis pas la seule à le dire.

Je pense que cela fait partie des plus grands défis de la job de parents: élever nos enfants pour ce qu'ils sont vraiment et non pour ce que l'on voudrait qu'ils soient - nos miroirs ou nos opposés.

Le dernier exemple en liste: je n'ai jamais vraiment apprécié les sports d'équipe impliquant des ballons. Ce n'est pas ma tasse de thé. Nous avons inscrit la Mamoizelle à un club de soccer cet été. Si je ne m'étais fié qu'à moi, ça ne se serait pas produit. Et j'étais presque convaincue qu'elle n'aimerait pas ça.

Erreur sur toute la ligne. C'est très ludique et elle adore ça. Il est encore un peu tôt pour savoir si elle est bonne ou pas, mais elle aime beaucoup courir à gauche et à droite après le ballon. Pour le moment, c'est la seule chose qui compte. Ça, et de ne pas me fier à mes préjugés basés sur mes talents et mes goûts personnels.