18 juillet 2016

Juin ? Quel mois de juin ?

Oups!

Livres

Chercher le vent - Guillaume Vignault. Il y a une symétrie certaine entre celui-ci et le premier, que j'avais lu à répétition lors de mon séjour à Niamey. J'aime mieux le premier.
Histoire de La Mecque, de la naissance d'Abraham au XXIe siècle - Ziauddin Sardar. Où l'on apprend que les Wahhabites sont récents dans l'histoire de La Mecque et que la série télévisée Dallas a eu une influence importante sur le développement de la ville sainte dans les années 80. Oui oui.
La maison entre les mondes - Marion Zimmer Bradley, loin d'être son meilleur.

BD

Les deux Van Gogh - Hozumi
Comment faire fortune en juin 40 - Atier, Dorsin et Nury, d'après Siniac.
Marie Curie - Laura Berg et Stéphane Soularue. De la même série que le Hannah Arendt lu il y a quelques semaines, c'est moins une découverte étant donné le nombre de livres que j'ai lus sur cette femme.
Les cahiers japonais, un voyage dans l'empire des signes - Igort. Décousu, mais sympathique.
Errance en mer Rouge - Joël Alessandra, entre la fiction et le carnet de voyage, j'ai adoré les aquarelles.
C'est pas toi le monde - Raphaël Geffray, la rédemption d'un enfant difficile.

01 juin 2016

May the 4th be with you

Bon, j'ai fait ma blague de Star Wars. Je n'ai pas pu m'en empêcher. Désolée. Passons aux lectures.

Livres

Malins en diable! Les méchants en littérature - Isabelle Mimouni (illustrations Olivier Tallec)
Les nuits de Reykjavik - Arnaldur Indridason. D'où vient ce lien entre les pays scandinaves et les polars? En tout cas, je vais relire cet auteur.

BD

Carnet de voyage - Craig Thompson. Rares sont les journaux de voyage qui expriment autant le choc culturel. J'ai eu envie de lire ses autres livres, alors:
            Blankets (Manteau de neige) - L'histoire d'une éducation ultra-religieuse et d'un premier amour. Les mains sont merveilleuses : les personnages glissent souvent leurs cheveux derrière leur oreille et le dessin est très émouvant.
            Adieu Chunky Rice - Touchant, mais je n'ai pas autant accroché.

Abigaël Martini, commissaire - Thomas Azuélos
Les royaumes du Nord 2, d'après l'oeuvre de Philip Pullman - Stéphane Mechior et Clément Oubrerie
Nimona - Noelle Stevenson, tiré d'un blog je crois, fantasy sympathique.
La photographe 1 - Kenichi Kiriki, ça donne envie de visiter Tokyo et d'y faire de la photo.
Sous le tamarinier de Betioky - Geneviève Marot, à partir des histoires d'enfances d'un musicien malgache.
Papier froissé - Nadar. Poignant
Junker - Simon Spuyt
Les super héros détestent les artichauts - Sébastien Perez et Benjamin Lacombe. Suggéré par MissA qui l'a pris à la bibli de son école, sympathique.
Pas mon genre - Yatuu
Le guide du mauvais père 1 et 3 - Guy Delisle, toujours fan.

01 mai 2016

Fin de session

Cette session a été un marathon. J'ai eu le temps de lire quelques BD, impressionnant! Il y a eu une toute petite semaine de fausse pause - où j'ai rattrapé tout ce que j'avais remis à plus tard - et ça recommence mardi. J'ai lu, quand même, mais en une semaine, je n'ai pas eu le temps de terminer grand chose.

Livre

Tout sur Kirikou - Michel Ocelot, pas tout à fait une BD, pas vraiment un livre.

BD

Feuille de chou (Journal d'un tournage) et (Journal d'un après-tournage) - Mathieu Sapin
Shenzhen - Guy Delisle, en anglais, parce qu'emprunté à quelqu'un qui l'avait en anglais.
L'effet durian - Saulne, adoré
Ceux qui me restent - Damien Marie et Laurent Bonneau, j'ai pleuré.
La petite voleuse - Michael Cho
Valentin - Yves Pelletier et Pascal Girard

19 avril 2016

Les ruelles de Montréal

Avec le printemps, reviennent les ruelles. Si j'ai le choix entre le trottoir et la ruelle pour un trajet, la ruelle va toujours l'emporter. La question ne se pose même pas: explorer ce qui devrait être caché, voir les cours arrière, découvrir les jardins et éviter le trafic. Et rares sont les ruelles qui n'offrent pas au moins une photo aux passants.

Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le




Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le




Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le




Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le




Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le




Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le

03 avril 2016

Au printemps, la perdriole

Beaucoup de bandes dessinées, peu de livres. Beaucoup d'études, beaucoup de contrats. Pas beaucoup de temps.

Livre

Le chant de la mission - John le Carré. Ça m'a pris tellement de temps le lire, pas parce que ce n'est pas bon, mais parce que les études ne laissent vraiment pas beaucoup de place à la lecture.


BD

R.U.S.T. 1/3 Black List - Blengino et Nesskain, du mécha européen. J'aime vraiment la science fiction, mais si vous n'êtes pas fan du genre, oubliez ça.
The infinite loop 1. L'éveil - Pierrick Colinet et Elsa Charretier. Science fiction aussi.
Réalité oblique - Clarke. Très Edgar Allen Poe.
Quand vous pensiez que j'étais mort - Matthieu Blanchin. Récit d'un coma. Étrange, la démarche de l'auteur pour se remettre de sa maladie est aussi particulière.
Au-delà des mers - Alain Kokor. Sympathique, mais un peu incomplet, comme si le monde créé par l'auteur demandait plus de mise en place.
Freaks' Squeele 7 - Florent Maudoux
Le Pharmachien 2, guide de survie pour les petits et grands bobos - Olivier Bernard, à la limite entre le livre et la BD. Si vous ne connaissez pas le Pharmachien, rendez-vous service, c'est par ici.

09 mars 2016

Le métro

L'Université de Montréal, en voiture, c'est l'horreur. Même s'il serait plus rapide de revenir à la maison à 22 heures en étant véhiculée, je prends le métro. Et comme j'ai ma carte mensuelle, je le prends pour la plupart de mes autres déplacements aussi. Et je le regarde différemment quand je cherche mon sujet du jour.

Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le



Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le



Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le



Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le



Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le

06 mars 2016

Les ciels de Montréal

Étudiante et travailleuse autonome œuvrant surtout de la maison, j'ai souvent l'impression d'être limitée dans mes déplacements, de croiser toujours les mêmes choses. Le ciel m'inspire plus souvent que je ne le pensais - même quand je sors de mon quartier, pour une fois.

Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le



Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le




Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le



Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le



Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le

01 mars 2016

Le petit mois

La BD est un moyen sous-estimé et sous-exploité pour aborder les sujets complexes. Le média peut être assez bavard, tout en gardant un support visuel qui soutient le discours. Ça reste encore et toujours un des arts que je préfère.

Livres

Two years eight months and twety-eight nights - Salman Rushdie. Un chef-d'oeuvre.

Stations (entre les lignes) - Jane Sautière. Pérégrinations dans les transports en commun.

BD

Moby Dick, librement adapté du roman de Herman Melville - Jouvrain et Alary

Une histoire populaire de l'empire américain - Howard Zinn, Mike Konopacki, Paul Buhle. Pas exactement de la lecture légère, mais très intéressant.

Hannah Arendt - Béatrice Fontanel et Lindsay Grime. Partie d'une collection de bandes dessinées sur les femmes du 20e siècle. Je vais essayer d'en trouver d'autres.

Mike's Place, chronique d'un attentat -  Jack Baxter, Joshua Faudem et Koren Shadmi. À lire.

Avant l'heure du tigre: La Voie Malraux - Virgnie Greiner et Daphné Collignon.

18 février 2016

Accepter d'être malade

Cette semaine, j'ai fait quelque chose que je n'avais pas fait depuis des années. J'ai accepté d'être malade. Au lieu de me battre et de continuer comme si tout allait bien, je me suis effondrée. J'ai dormi, j'ai bu de l'eau et je ne me suis pas forcée à manger.

Tout indique que ça va durer moins longtemps que d'habitude. Accepter d'être malade, c'est surtout laisser au système immunitaire le temps de faire son travail en lui permettant de monopoliser toute l'énergie disponible.

On croise les doigts, parce que la semaine prochaine, j'ai deux examens et un travail pratique à remettre. Je n'aurai plus le temps d'être malade.


10 février 2016

10 ans!

Une photo publiée par Sara (@sarabcmtl) le



J'ai du mal à y croire! 10 ans, c'est vraiment autre chose. Encore une enfant, mais plus vraiment. Pas une ado, mais pas loin. C'est un âge où elle écoute encore vraiment ce qu'on a à lui dire - c'est donc aussi un âge de conversations difficiles. Ces conversations un peu malaisantes où on aborde des sujets qu'on préférerait ignorer, dont on aimerait la protéger. Mais la meilleure façon de la protéger est justement de lui en parler. Pas toujours facile de savoir où s'arrêter.

Elle est toujours la même, mais toujours un peu plus elle-même on dirait. Toujours autant de questions, mais des questions de plus en plus difficiles. Toujours aussi amicale avec tous, mais plus critique aussi. Aussi lectrice, mais des livres de plus en plus gros, de plus en plus complexes. Aussi curieuse, mais pas aussi facilement satisfaite des réponses qu'on lui donne. Aussi prompte à réagir et à se fâcher, mais de plus en plus capable de contrôler ses réactions.

Hey hey hey hey MissA!? T'as dix ans!