14 mai 2008

Niger Gaz

J’ai déjà parlé de ma cuisinière au gaz et de l’affection que j’ai développée pour elle. J’arrive même à y faire d’excellents gâteaux, ce que je n’aurais pas cru possible avec seulement deux températures de disponibles.

Qui dit gazinière, dit bouteille de gaz. Donc ressources limitées. Qui finissent par s’épuiser. Généralement au milieu de quelque chose de délicat, comme une béchamel, ou à un moment crucial, genre au moment de poser mon café matinal.

Vendredi dernier, la bouteille de gaz a donc rendu son dernier souffle. Mais il n’y avait pas une goutte de gaz dans toute la ville. Au siège de la compagnie, ils ne pouvaient rien promettre avant mardi. Et même alors, le gardien n’avait pas l’air convaincu.

Samedi matin, j’ai dû faire mon café à l’ancienne :

Mais Mamie nous a sauvés et nous a prêté son brûleur à gaz. La livraison a bien eu lieu lundi soir. Hier matin, à 9 heures, la plupart des points de vente étaient déjà à sec. J’ai quand même eu ma bonbonne, je n’aurai donc plus à me préoccuper de ce détail avant 3 ou 4 mois.

Il y a plusieurs histoires qui circulent sur ces pénuries. Des histoires de taxes non payées pendant la privatisation de l’entreprise, de pénuries planifiées, de manque flagrant de prévision de la demande. Peu importe finalement, le résultat est le même : il y a une perpétuelle rupture de stock. Et comme il y a relativement peu de gens qui se servent des bonbonnes de gaz, et que ceux qui comptent ont sûrement des bonbonnes de réserve, ça ne risque pas de changer de si tôt.

7 commentaires:

  1. Et Mamie, elle, n'avait plus de brûleur? Comment on faisait la cuisine chez elle alors? Il y a beaucoup de bouches à nourrir dans la concession familiale.

    RépondreEffacer
  2. sonia, encore...8:17 a.m.

    Et est-ce que les ruptures de stock font monter les prix?

    RépondreEffacer
  3. Chez Mamie, la bonne fait la cuisine au charbon. La bonbonne de gaz ne sert qu'à faire bouillir l'eau.

    Le prix de ma bonbonne est plus élevé que la dernière fois, je ne sais pas si c'est à cause des ruptures de stock ou simplement parce que le prix a monté. Les prix fluctuent en fonction du marché et des subventions du gouvernement aussi. En tout cas, j'ai payé 7500f (plutôt que 5500 il y a trois mois) et je n'étais pas en position pour négocier ou demander des détails, j'en avais vraiment besoin. Il aurait demandé le double que je l'aurais payé.


    psst: 400f pour 1$

    RépondreEffacer
  4. Anonyme10:46 a.m.

    parlant de Mamie, a-t-elle apprécié la sauge qui accompagnait les petits charbons dénichés à Bâle?
    Celle qui les a dénichés

    RépondreEffacer
  5. Hum, je vais le lui demander en fin de semaine, elle ne m'en a pas reparlé. Elle était très contente du cadeau. Mais bon, les gens ici sont très discrets sur ces trucs.

    RépondreEffacer
  6. Anonyme11:01 a.m.

    Et ben moi je payais mes bonbonnes de gaz 8000 cfa il y a 2 ans bon mais c'était en brousse alors ...
    Mais à l'époque pas de pénurie.
    Les choses évoluent...mais vu le prix de l'essence tu t'en tires encore bien avec le gaz !
    C'est l'occasion de se mettre à la cuisine au fourneau, à la nigérienne quoi !

    RépondreEffacer
  7. Le gaz a aussi été 8500 f un temps à Niamey, ça dépend à quel point le gouvernement a envie de subventionner la filière ou pas je crois.

    La cuisine au bois... euh, on va laisser faire ok? Après tout, je ne suis pas là pour participer à la déforestation massive du pays.

    RépondreEffacer